Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 22:04

A partir des années 32-33, les championnats de fond ont été réservés aux 1° catégories, voire aux secondes en cas de nombre insuffisant de coureurs de l'élite. Ils devenaient obligatoires pour les meilleurs alors qu'ils ne rapportaient que des médailles. Souvent les meilleurs se faisaient excuser (ils n'avaient pas le droit de courir ailleurs), abandonnaient très vite ou faisaient une sortie d'entraînement; Bon nombre de champions départementaux, bien qu'en première catégorie, étaient loin de faire partie des meilleurs. Tout le monde le savait, mais l'UVF montrait qu'elle tenait ses troupes en main.

Il y avait cependant des imbéciles, pour rester poli malgré la prescription, qui parce qu'ils étaient commissaires faisaient semblant de n'avoir rien compris et prenaient des décisions, sans appel bien entendu, qui n'appartenaient à aucune réalité. Il semble que le languedoc-Roussillon ait été particulièrement touché par cet état de fait.

Ici, il est reproché aux coureurs après diverses attaques dont la plus sérieuse n'a pas réussi à aller au bout, de s'être regroupés et de n'avoir plus fait la course. Le commissaire responsable a d'ailleurs prévenu en cours de route les vedettes du département qu'il ne classerait que le premier s'ils ne donnaient pas plus de vie à la course. Et c'est ce qu'il fit.

Pourtant, on peut avoir le vrai classement puisque cette procession grégaire de douze coureurs se termine par un sprint à quatre où Joseph Ruiz devance dans l'ordre le champion sortant Henri vic d'une longueur, florian Charras et Adrien Plantin. Plus tard, sans que j'en sache la raison Adrien Plantin sera mis hors course par l'UVF, même s'il y a des chances que ce soit pour un mot ayant déplu au tout puissant commissaire.

 

Ah oui, il est facile comme le faisait le journaliste d'approuver le commissaire qui sanctionnait les coureurs pour non combativité... mais ce fumiste, qui conduisait peut-être d'ailleurs le commissaire, n'était pas là et comme le commissaire s'est désintéressé de la course après que Jean Garcia eût été rejoint. La preuve qu'il aurait mieux fait de se taire que de se faire prendre la main dans sac et de dire n'importe quoi, c'est qu'ils étaient cinq et non quatre à disputer le sprint et que le second à quelques centimètres de Julien Ruiz était Michel Reville (source Le Petit Méridional du mercredi).

Ah oui, ils ont tous été classés ex aequo après le premier pour punir les vedettes (dixit le journaliste absent) Vic, Puy ou Reville et les rabaisser au niveau d'Arribeau ou Bouladou !

Mesquinerie quand tu nous tiens.

 

24-06-1934

 

Championnat de fond de l'Hérault

sur Montpellier-Pézenas-Montpellier

100km 14 engagés 13 partants 11 classés

1 Julien Ruiz (Béziers) 2h51'

2ea Michel Reville (Béziers)

Henri Vic

Joseph Puy (Béziers)

Marcel Arribeau (Sète)

Etienne Bonnieu (Mauguio)

Jean Bonnieu (Mauguio)

Alphonse Bouladou (Montpellier)

Florian Charras (Montpellier)

Jean Garcia (Montpellier)

et Gustave Grousset (Montpellier)

 

Adrien Plantin (Montagnac) mis hors course

forfait Barbier retenu à Millau et qui a donc eu l'autorisation de courir ailleurs mais cela arrivait quelquefois pour les pistards

abandon Olivier (Montpellier)

Partager cet article

Repost 0
FredCultureCyclisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de culturecyclisme.over-blog.com
  • : Il est l'heure de partager
  • Contact

Recherche

Liens