Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 16:50

J'aime beaucoup Mario Cipollini. Malgré quelques extravagances c'est quelqu'un qui aime son sport et en parle avec le sourire et beaucoup de passion et de dicernement.

En Sardaigne, je regardais à la télévision la dernière étape du Giro où la télévision et les commentateurs ne s'attardent guère sur une étape écrite d'avance comme tant d'autres : essai d'échappée et sprint massif.

Comme en France on a droit à de magnifiques paysages et monuments.

Et puis, pour un final, on avait fait dans le grandiose à Trieste. Certes, ce n'est pas les Champs Elysées mais l'équivalent de la Patrouille de France (9 appareils) donnait un spectacle formidable.

Le soir, c'est le groupe mythique Dire Straits qui allait animer la fête dans une ville qui en a profité pour faire une exposition sur Giordano Cottur (avec un livre sur lui à la clef).

En coulisse, on interrogeait entre autres le grand Mario Cipollini qui disait du bien de ce Giro et de ses coureurs. Il regrettait que pour des raisons économiques les meilleurs coureurs Italiens ne soient pas réunies au sein d'une équipe italienne. Il regrettait aussi pour les mêmes raisons que de nombreuses classiques nationales ne se disputaient plus. Il encourageait fortement à les organiser à nouveau afin que le cyclisme Italien puisse former de jeunes coureurs capables de rivaliser au plan international.

J'ai apprécié l'analyse d'un champion qui se disait même pas digne de lacer les souliers d'Alfredo Binda.

 

Ah, oui en Sardaigne on voyait dans les kiosques, la photo pleine page de la révélation de ce Giro, Aru, et ce dans les quotidiens locaux généralistes.

Partager cet article

Repost 0
FredCultureCyclisme
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de culturecyclisme.over-blog.com
  • : Il est l'heure de partager
  • Contact

Recherche

Liens