Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 23:31

Cette chronique biographique tirée de la Provence Sportive fait remonter en moi plus de choses que je n'aurai crû.

D'abord, outre les coureurs rencontrés, c'est à Guy Helmet que je dois l'essentiel de ce que je sais du cyclisme provençal des années trente, puis, je m'en rends compte aujourd'hui de celui des années quarante et cinquante. Sans l'avoir jamais connu, il fut mon maître, comme Camus et Giono furent mes maîtres spirituels. Chaque fois que je le lis, j'ai envie de le remercier car je sais ce que je lui dois.

Cet article fait remonter d'autres choses presque ignorées aujourd'hui, notamment sur le Tour de France, et je m'aperçois qu'en cette année de centenaire (les autres années non plus), on n'a jamais fait appel à moi ni à d'autres historiens du cyclisme, du moins je le pense, pour apporter sinon des éclairages nouveaux, du moins des vérités oubliées.

Cet article de Guy Helmet me rappelle que le Tour du Sud Est, lors de sa reprise en 1938, sous la direction de Jean Marie Audibert (encore un qui en une matinée a façonné une partie de ce que je sais) se voulait une copie du Tour de France. C'est-à-dire que, comme au Tour de France, les coureurs signaient des contrats pour la durée du Tour; contrats assez précis qui précisaient leur rémunération et les obligations des uns et des autres.

Et cela m'entraîne plus loin, pensant à Cogan ou à Gianello, qui n'étaient pas n'importe qui, et qui parlant du Tour d'avant-guerre, disaient que malgré leur contrat et les primes, ils ne gagnaient rien et devaient même parfois de l'argent à l'organisation à cause des amendes qui pleuvaient pour un oui ou pour un non.

J'espère que l'on trouve ce type de précisions dans les nombreux livres parus à l'occasion du centième Tour.

Ah oui, j'oubliais, en 1938 comme en 1939, les sélectionnés du Wolber avaient un contrat pour le Tour du Sud Est qui prévoyait et permettait leur abandon pour disputer ce dernier. Ce fut le cas entre autre d'Alfred André. C'est vrai que pour les plus méritants, c'était la porte ouverte pour le Tour de France.

Mais je m'éloigne et je vais laisser la parole à Guy Helmet

 

Ceux du Wolber

 

André Alfred

 

Au terme de la saison 1937, publiant ici même une biographie d'André Alfred, je disais en parlant du jeune espoir de la Pédale Marseillaise : "André est un coureur modeste - et pour cela unanimement apprécié - qui nourrit cependant au tréfonds de lui-même la noble ambition de mériter l'an prochain sa qualification au "Wolber".

Sa victoire dans le Dunlop en 1936, et aussi l'année suivante ses deux brillants succès dans les Grands Prix de Saint Loup et de Saint Antoine, appuyés par de multiples places d'honneur, justifiaient cette prétention de participer à la grande épreuve nationale de prospection d'où sont sortis quelques uns de nos plus purs champions.

Malheureusement une malchance implacable s'abattit sur lui dès le début de la saison 38 et il ne fit rien qui puisse attirer l'attention.

Accablé par le malheur qui s'acharnait sur lui, André jura même à plusieurs reprises de "casser" le vélo, comme s'il était possible d'abandonner ainsi un sport qui vous tient par tous les fibres de l'être. Encouragé par ses amis "Fred" fit face au courant fatal et la malchance vaincue, il devait réaliser encore quelques performances intéressantes avant le terme de la saison, notamment à Gardanne où il terminait 5°, à Saint Cannat 3° et au Tasso 5°.

Ce n'était naturellement pas le Pérou et rien ne laissait supposer qu'André allait être cette année choisi comme le plus digne parmi nos jeunes espoirs régionaux de participer au Wolber.

Qu'a-t-il fait pour mériter que se réalise ainsi son rêve ?

Le début de la saison n'est pas bien loin encore, mais les événements vont vite et pour vous le faire connaître il m'a paru intéressant de vous rappeler les principaux exploits par lesquels André devait se hisser au premier rang du cyclisme régional.

Deuxième, battu au sprint par Castelin, André fait sa rentrée officielle aux Milles où il termine 4°. Le dimanche suivant il est 2° du Grand Prix Anrigo, derrière Govaerts, puis 2° encore à Saint Louis, toujours derrière le grand Claude. Nous le trouvons ensuite 4° du Guindon, à Aix, derrière Pernac, Macone et Troggi Nello et 2°, battu par Castelin, le lendemain à Salon.

Au Tour du Gard où il fait ses véritables débuts dans le "grand bain", André réalise une très belle performance en se classant 4° derrière Camellini, Troggi Nello et Van Schendel, seule une chute avant le sprint l'empêchant de pouvoir prétendre à un meilleur classement. Cette performance il la confirme quelques jours après dans le Grand Prix de Gardanne où il termine seulement avec Zanti qui, naturellement, le bat sur le poteau.

A Grans, nouvelle grande bagarre, les jeunes battent les anciens, et André qui fut incontestablement le meilleur homme de la course, termine 5°.

A Saint Henri, où il retrouve ses camarades des catégories inférieures, André amène pour la cinquième fois un adversaire pour lui ravir une première place bien méritée dans les derniers mètres. Cette constance dans les places d'honneur lui vaut le qualificatif d'"éternel second". On l'accuse aussi de mettre le frein pour ne pas sauter de catégorie. J'ai déjà dit que pour ma part je n'en croyais rien.

Encouragé par ses performances depuis le début de la saison, alfred participe ensuite au Tour du Vaucluse où il termine 10° et premier de 3° catégorie après avoir fait jeu égal sur ce difficile parcours avec les plus grands champions. C'est là d'ailleurs qu'il devait attirer sur lui l'attention de nos confrères parisiens et gagner sa qualification au Wolber.

Ignorant encore s'il aura un bagage suffisant au regard des sélectionneurs, André prend le départ du Tour du Sud Est. Après un début très brillant il abandonne au cours de la quatrième étape ayant appris sa sélection pour la "course de sa vie" dont il prendra le départ aujourd'hui aux côtés de ses camarades Vernis, Bouffier et Yélamos.

Quatre vaillants petits gars dont nous suivrons la course avec intérêt dans une épreuve qui peut les conduire vers les plus hautes destinées.

 

 

Guy Helmet

Partager cet article

Repost 0
FredCultureCyclisme - dans Presse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de culturecyclisme.over-blog.com
  • : Il est l'heure de partager
  • Contact

Recherche

Liens